webleads-tracker


Nexity veut développer l'immobilier géré

Industriels

Nexity, premier promoteur immobilier français, veut accélérer son développement dans l'immobilier géré (résidences, coworking...), selon son plan stratégique pour 2026 présenté mercredi.

"Nos ambitions de croissance reposent sur l'évolution de notre modèle vers celui d'opérateur global d'immobilier, en prenant appui sur deux mouvements de marché: le déplacement de valeur du produit vers l'usage et le développement de la ville durable", affirme la directrice générale, Véronique Bédague, citée dans un communiqué.

Nexity, qui a recentré son activité sur la France, vante son modèle de groupe actif à la fois sur les métiers de la promotion et des services (syndic, gestion locative, conseil, courtage...) et s'adressant à tous types de clients: particuliers, entreprises, investisseurs et collectivités.

Estimant que la valeur des produits immobiliers réside de plus en plus dans l'usage qui en est fait plutôt que dans leur seule détention durable, le groupe va augmenter ses efforts dans l'immobilier géré.

"Le développement rentable des résidences étudiantes et du coworking s'accélère et sera complété par des offres de coliving (colocation avec services, NDLR) et d'immobilier résidentiel opéré en réponse à un marché locatif tendu", détaille Nexity.

Le groupe vise un chiffre d'affaires de 6 milliards d'euros en 2026, contre 4,6 milliards espérés en 2022.

Dans le même temps, il veut réduire les émissions de gaz à effet de serre par mètre carré de ses bâtiments livrés, en visant une baisse de 30% en 2026 par rapport à 2019, et de 42% en 2030.

"L'accélération du déploiement de la ville durable offre à Nexity une opportunité significative de gain de parts de marché dans la promotion immobilière, grâce à son maillage territorial et le développement de nouveaux produits décarbonés plus sobres à l'usage", détaille le groupe dans son communiqué.

Nexity veut ainsi dépasser 20% de part de marché à horizon 2030 sur l'immobilier résidentiel, contre un objectif de 14% en 2022.

Il souhaite verser à ses actionnaires un dividende d'au moins 2,50 euros par action chaque année de 2022 à 2026.

av/lbx/er

© 2022AFP