webleads-tracker


La transition écologique concernera "tous les ministres", dit Elisabeth Borne

Institutionnels

Trois jours après la nomination du gouvernement, des associations pour la défense de l'environnement ont rencontré lundi la Première ministre Elisabeth Borne et les deux ministres chargées de la transition, qui ont vanté une organisation "inédite" alors que la France est en retard sur ses objectifs climatiques.

"La transition écologique concernera tous les ministres, on est à un moment où on doit absolument accélérer sur les sujets de climat comme de biodiversité", a dit la cheffe du gouvernement, au Muséum national d'histoire naturelle à Paris, à l'issue de la rencontre.

Chaque ministère recevra une "feuille de route" d'ici septembre pour décliner la transition dans son portefeuille, a expliqué Matignon.

Elisabeth Borne a précisé les rôles de chacune dans la nouvelle architecture gouvernementale: Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires, portera "l'ensemble de la déclinaison territoriale des politiques de transition écologique", notamment en matière de logement, transports, et biodiversité. Quant à Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, "la feuille de route est simple: sortir des énergies fossiles".

Sans compter le nouveau poste de secrétaire général à la planification écologique, occupé par Antoine Pellion, et qui devra coordonner l'ensemble de la politique gouvernementale.

Plusieurs associations, critiques après le premier quinquennat, se sont félicitées d'être reçues aussi rapidement.

"C'est un premier acte peut-être symbolique que d'être reçu aussi vite, mais cohérent" avec le discours du président Emmanuel Macron à Marseille dans l'entre-deux-tours qui faisait de la transition écologique une priorité, a estimé Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement.

Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO (Ligue de protection des oiseaux), s'est dit lui "touché" par cette invitation rapide, après avoir été "perplexe" de la nomination des deux ministres "dont le moins qu'on puisse dire est qu'elles ne rayonnaient pas par leur engagement environnemental".

Ce "signal" envoyé aux ONG a été bien accueili par WWF France, qui évoque une "rencontre bienveillante réciproquement", mais regrette l'absence du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau. "Mais il y a un engagement de la Première ministre pour qu'on puisse ouvrir un dialogue avec les syndicats et le ministre de l'Agriculture", a rapporté Pierre Cannet, un porte-parole de l'ONG.

Pour ces organisations, l'important est la mise en place d'un dialogue régulier.

"Il faut qu'on ait des rencontres périodiques, cela me paraît indispensable dès lors qu'on considère l'écologie comme une priorité", a estimé M. Bougrain Dubourg. Et ainsi éviter d'être "systématiquement dans le bras de fer".

"Nous voyons que nous pouvons faire de la transition écologique un projet national, un projet de cohésion, par le dialogue, par la concertation", a déclaré Amélie de Montchalin.

Agnès Pannier-Runacher a appelé à "se mettre autour de la table" pour "trouver des méthodes pour permettre d'accélérer les projets" de déploiement des énergies renouvelables, les installations éoliennes et de parcs solaires se heurtant souvent à des oppositions locales.

© 2022AFP