webleads-tracker


Energie: le monde HLM appelle à "assumer la sobriété"

Institutionnels

Face aux risques de tension sur le réseau électrique cet hiver, la présidente de l'Union sociale pour l'habitat (USH) Emmanuelle Cosse, qui représente les bailleurs sociaux, a appelé mardi le parc social à "assumer la sobriété" en "respectant les consignes sur les températures".

"La température de chauffage, les consignes sur les ascenseurs et les parties communes, l'éclairage: oui, je vous invite à respecter les consignes sur les températures. Personne ne peut se permettre de +cramer+ autant d'énergie cet hiver", a-t-elle déclaré à Lyon, en ouverture du 82e congrès HLM.

L'USH a noué un partenariat avec la plate-forme Ecowatt mise en place par RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, pour que les bailleurs puissent être avertis en temps réel des tensions sur le réseau, et participent à la régulation des pics de consommation.

Concernant l'envolée des prix de l'énergie, Emmanuelle Cosse a souligné que les charges des locataires avaient augmenté malgré le bouclier tarifaire qui plafonne les coûts pour les particuliers.

Sur le projet de budget de l'Etat 2023 présenté lundi, elle a jugé qu'il n'avait "pas aggravé la situation. Ca nous change ! Disons que c'est un budget de transition", a-t-elle observé, tout en regrettant l'amputation "depuis 2018 de plusieurs milliards d'euros" des finances des bailleurs sociaux.

Face à l'ampleur de la demande de logements sociaux - 2,3 millions de ménages en attente fin 2021 -, la présidente de l'USH a également salué "tous les maires bâtisseurs" en refusant d'opposer écologie et construction.

"Nous savons la difficulté de convaincre ses administrés de produire du logement pour tous. Mais nous savons aussi par expérience que les territoires qui démissionnent de leurs missions d'aménageur finissent par souffrir de l'entre-soi et de l'immobilisme", a-t-elle affirmé.

"Certes, l'acte de construire a un impact sur notre environnement", mais "plutôt que de s'attaquer aux constructions de logements, qu'on aille interroger le développement délirant et incontrôlé des grandes zones commerciales", a martelé Mme Cosse.

L'ancienne ministre du Logement a par ailleurs souligné l'émergence de mouvements citoyens sur la frange ouest, comme au Pays basque ou en Bretagne, qui dénoncent la flambée des prix.

"Je tire une sonnette d'alarme : les chiffres de la demande en logement social explosent dans des départements restés jusque-là en dessous des radars alors même que nous savons d'ores et déjà que les agréments (les autorisations de nouveaux logements, NDLR) 2022 ne seront pas bons", a-t-elle souligné.

© 2022AFP